Acheter ou louer un distributeur automatique ?

achat et location de distributeur

La première idée qui vient à l'esprit est celle de l'achat. Mais il faut savoir que cela représente un investissement important et qu'il n'est pas forcément évident pour une petite entreprise, d'acheter son propre distributeur.

Par contre, il est possible d'opter pour la location d'un appareil : Il n'y aura pas à débourser de sommes trop importantes, et pas non plus besoin d'assurer l'entretien du matériel. Il suffira simplement de s'occuper de l'approvisionnement et de la consommation d'énergie, dans le cadre d'une gestion partielle.

Les distributeurs automatiques peuvent donc s’acheter de plusieurs façons et les prestataires proposent des solutions de financement adaptées comme ''l'auto-financement'', ou le ''leasing" ainsi que la possibilité de louer les machines sous certaines conditions.

La location

La location d'un appareil de distribution automatique en autogestion peut se réaliser de deux manières : la location classique ou le leasing. Dans ces deux cas, c'est vous qui gérez l'approvisionnement et les prix et qui gardez les éventuels bénéfices, le prestataire ne se chargeant que de l'installation.

Si vous optez pour le leasing, vous aurez à payer des mensualités s'étalant généralement sur deux ans et c'est vous qui devrez vous charger de la maintenance et donc des pannes éventuelles. Au bout de ces deux années, vous disposerez d'une option d'achat de l'appareil à un tarif avantageux.

En ce qui concerne la location classique, vous payez également des mensualités sur une durée d'au moins deux ans. Par contre, ce n'est pas vous qui vous chargez de la maintenance et vous ne bénéficiez pas d'une option d'achat.

Vous pouvez également choisir de louer une machine en dépôt gratuit. Dans ce cas, c'est le prestataire qui se charge de tout (approvisionnement, prix, maintenance, etc.) et qui conserve les bénéfices.

L'achat

Si vous décidez d'acheter un appareil, vous l'aurez en gestion totale. Votre automate sera ainsi sous une garantie qui prendra en charge les pièces défectueuses et le déplacement d'un réparateur pour une durée de un ou deux ans.

Tout le reste de la maintenance, le réapprovisionnement et le choix des produits restant à votre charge. Cela nécessite donc que vous vous dégagiez du temps pour cela. Les prix d'un distributeur automatique sont très variables et peuvent varier selon la capacité de l'appareil, le choix offert, le nombre de moyens de paiement proposés, le type de vitrage, etc.

L’auto-financement

Lorsque l’on n’a pas la possibilité de payer comptant la machine, on peut opter pour l’autofinancement. Ce système est simple puisqu'il réserve chaque jour une partie des profits exclusivement destinée au paiement de la machine.

C’est une méthode très efficace pour les appareils à fort rendement mais qui peut présenter un risque s’ils sont peu utilisés comme c'est le cas dans les très petites entreprises qui opteront alors pour une autre formule.

Un distributeur en leasing

L’acheteur s’acquitte chaque mois d’une côte pendant toute la période du leasing (généralement de deux ans). A la fin de ce délai, il a la possibilité d’acheter définitivement la machine. Cette durée permet d’évaluer l’utilité et la rentabilité du distributeur en bénéficiant du service de maintenance.

La location simple bénéficie des mêmes atouts sans option d’achat mais sur le long terme, cette méthode est coûteuse.

L'achat en autogestion

L'appareil devant être régulièrement entretenu et réapprovisionné, l’acheteur aura, concernant la gestion de la machine, deux options qui présentent des avantages et des inconvénients. Dans le cas de l’autogestion, l’acheteur devra :

  • Approvisionner lui-même l'automate
  • Souscrire un contrat de maintenance au-delà de la période de garantie pour continuer à bénéficier de l'entretien

C’est une solution idéale pour les petites entreprises qui peuvent ainsi garder les profits générés par le distributeur automatique et ainsi rapidement amortir son prix d’achat.

Et pour ceux qui ne souhaitent pas acheter l'appareil, il y a deux possibilités :

La gestion totale

Dans le cadre de la gestion totale, la gestion est déléguée à une entreprise spécialisée, et vous n'avez à vous occuper de rien. Le gestionnaire s'occupe de l'entretien et de l'approvisionnement mais tous les bénéfices lui reviennent.

La gestion partielle

Pour ce qui est de la gestion partielle, vous n'avez pas à vous occuper de l'achat de l'appareil, ni de l'installation et de l'entretien. En revanche, l'approvisionnement et les commandes chez le fournisseur sont à votre charge.

Tableau récapitulatif :

 La gestion totale ou dépôt gratuitL'auto gestion (achat ou leasing)L'auto gestion (location)
Pour qui ?Les entreprises avec un minimum de 30 employés ou qui sont fréquentées par de nombreux visiteurs.Les petites structures qui ne peuvent prétendre à la gestion totale ou qui ambitionnent de réaliser des profits grâce à un distributeur.Les petites structures qui ne peuvent prétendre à la gestion totale ou qui ambitionnent de réaliser des profits grâce à un distributeur.
PrincipeLe fournisseur dépose le distributeur en entreprise. Il en reste le propriétaire et s'occupe de tout.L'entreprise achète la machine dont elle a la charge entière.L'entreprise loue l'appareil. Elle gère tout, sauf la maintenance.
Approvisionnement et prixLe fournisseur gère l'approvisionnement et choisit les produits proposés. Il fixe les prix des produits, en accord avec l'entreprise.L'entreprise gère l'approvisionnement, choisit les produits proposés et fixe elle-même les prix. Elle peut cependant être livrée directement par le fournisseur de l'automate.L'entreprise gère l'approvisionnement, choisit les produits proposés et fixe elle-même les prix. Elle peut cependant être livrée directement par le fournisseur.
MaintenanceLe fournisseur gère la maintenance.L'entreprise gère la maintenance, mais elle peut souscrire un contrat auprès d'un fournisseur pour déléguer cette tâche au-delà de la période de garantie.La maintenance est comprise dans le contrat de location et assurée par le fournisseur.
CoûtAucun. Le fournisseur met à disposition le distributeur gratuitement. Il assume tous les frais liés à son entretien et son approvisionnement.Entre 2000 et 6000 € (hors taxe) en moyenne. Le prix varie selon le distributeur choisi (taille, gamme, marque, etc.). Cette somme peut-être payée au comptant à l'achat, ou réglée selon un échéancier prévu à la signature du bail dans le cadre d'un achat en leasing, avec une option d'achat à terme. Il est aussi possible d'opter pour l'autofinancement. Cela permet de financer l'achat de l'appareil en utilisant les profits qu'il génère quotidiennement. Mais cette solution n'est envisageable que pour les machines très rentables.La location d'un distributeur coûte entre 100 et 250 € par mois (hors taxe).
BénéficesLes bénéfices sont perçus intégralement par le fournisseur.L'entreprise perçoit la totalité des bénéfices.L'entreprise perçoit la totalité des bénéfices.

Les titres-restaurant acceptés dans les distributeurs automatiques

Nouvel accord sur les chèques-déjeuner

Depuis l’accord signé en juillet 2013 entre la Navsa (Chambre syndicale de la Distribution Automatique) et la CNTR (Commission Nationale des Titres-Restaurant), les salariés peuvent acheter sur leurs lieux de travail, des sandwichs et autres produits alimentaires avec leurs tickets resto.

Les distributeurs disposent d’un équipement spécifique permettant la lecture des tickets. Il faudra attendre encore un peu pour qu’ils proposent une solution aux titres-restaurant dématérialisés (carte ou application sur smartphone), en vigueur depuis avril 2014.

Quelques conditions à respecter :

  • Ce dispositif de paiement est accessible uniquement dans les automates installés dans des locaux professionnels.
  • Pour payer son repas, seuls les tickets resto fournis par l’entreprise sont autorisés.
  • Le salarié ne peut utiliser qu’un seul ticket et pendant un jour travaillé, et le rendu de la monnaie est toujours interdit.
  • L’utilisation d’un chèque déjeuner ne donne accès qu’à des produits alimentaires, directement consommables, à réchauffer ou à décongeler.