Trouver un fournisseur de distributeur automatique

Comment bien choisir un prestataire ?

Comment trouver le fournisseur idéal

Le choix d'un prestataire est délicat si vous souhaitez un partenariat à long terme. Voici les éléments clés qu'il faut prendre en compte :

- structure de l'entreprise (SARL, SA, exploitant en nom personnel) ;
- effectif : combien d'approvisionneurs, de techniciens ;
- âge de l'entreprise ;
- nombre d'appareils en exploitation ;
- références clients ;
- adhérent d'un syndicat professionnel, d'un groupement de prestataires ;
- automates proposés : type, âge, génération, neuf ou occasion, capacité, nombre de sélections, produits (grain et/ou lyophilisé) ;
- fréquence de réapprovisionnement, de maintenance, etc. ;
- produits placés dans la machine, partenariat avec un industriel,... ;
- contrat, durée du contrat, clauses de sortie, contrôle des informations, prix et réévaluation des prix, produits utilisés, délais d'intervention, période d'intervention...

QUALICERT : le souci du client

Toute société œuvrant dans l'alimentaire ou dans la distribution de produits alimentaires devrait se doter d'une certification : c'est un gage de sérieux et de sécurité pour le consommateur. Parmi les 1.200 à 1.300 sociétés référencées ainsi, seule une petite dizaine d'entre elles ont choisi cette voie. QUALICERT est une certification de services qui garantit, au consommateur, un niveau élevé de prestations portant sur l'accueil, l'information, l'hygiène, la disponibilité...

Un cahier des charges est défini par un comité composé de professionnels, de personnalités qualifiées, de représentants des associations de consommateurs et de représentants des pouvoirs publics. Un niveau de référentiel est ainsi défini, avec lequel les entreprises doivent se mettre en conformité. Cette certification est délivrée pour trois ans mais avec un audit de surveillance annuel pour la pérenniser.

Cette démarche n'est pas figée, mais évolutive, améliorant aussi l'image de la profession. Si, pour l'entreprise, elle représente un coût, elle est aussi outil de motivation et de fidélisation. Elle est également le reflet d'une attente client pour lequel le prix n'est plus alors le seul critère de sélection : les différents services et l'hygiène doivent entrer dans la prise en compte.

La compétitivité des prix laisse place à une différenciation des prestations.

Objectif bio pour la DA

Les produits bio et allégés connaissent un succès fou. Les consommateurs en raffolent et la demande décolle. Face à cet engouement, le secteur de la DA porte un intérêt croissant à ce marché prometteur. Light, sans sucre, 100 % naturel, sans additif, riche en vitamines…

Les produits bio et allégés ont le vent en poupe. En quelques années, ils ont envahi les étals des marchés et la grande distribution. Crise de la vache folle et autres dioxines ne sont sans doute pas étrangères au phénomène. Face à cet engouement, les industriels rivalisent d’imagination et ne cessent d’élargir leur gamme de produits.

Attentif à ces évolutions, le monde la DA porte à son tour un intérêt croissant à ce marché prometteur. Dans un contexte où l’image du distributeur est quelque peu écornée, le message que souhaite aujourd’hui véhiculer l’automate est qu’il est possible au même titre que la G.M.S d’apporter au consommateur des offres à la fois gourmandes, énergétiques mais allégées. En clair, l’automate va devoir lui aussi se mettre à l’heure du «wellness» (traduisez bien-être).